Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 09:48

Chapitre deux.

 

Haldir, stupéfait, ne sut que répondre.

N’ayant pas ses verres progressifs, il ne distinguait pas grand-chose dans le miroir de Galadriel et devait donc faire confiance à sa souveraine pour décrire la scène qui s’était formée dans l’eau magique.

 

« Alors, on dirait qu’ils sont à l’intérieur d’une sorte de grotte, je vois des murs étranges et des boules de lumière verte qui flottent… Ils sont couchés, nus, sur des espèces de petites tables et sont reliés à des fils bizarres… Ils sont attachés… mais je vois Rumil qui bouge les doigts : il semble essayer de se gratter le postérieur…. Orophin est réveillé aussi : ses orteils gigotent…. Oula ! Qu’est ce que c’est que ça ??!, s’écria soudain Galadriel.

-         Quoi ?? Qu’avez-vous vu ?? », s’enquit  Haldir qui ne savait que penser d’une telle description

 

Galadriel fit un brusque mouvement en arrière et le miroir sembla s’éteindre.

« J’ai vu une affreuse créature, aussi laide qu’un gobelin, petite, grise, avec de gros yeux globuleux. Et à un moment, j’ai vu 4 lettres : O.K.I.L. Et plus rien. »

« Mais qu’est ce  que tout ça peut bien vouloir dire ???

-         Je n’en ai aucune idée, Haldir. C’est peut être un anagramme… KOLI ? KILO ?

Quoi qu’il en soit, il semblerait que Rumil et Orophin soient aux mains de cette créature… »

 

Le visage décomposé par l’angoisse et le désespoir, le capitaine des gardes de Lorien se laissa tomber sur une souche. Il s’en rendrait compte plus tard : une écharde d’au moins trois centimètres venait de s’enfoncer dans sa fesse gauche. Mais pour l’instant, la douleur n’avait pas encore été relayée jusqu’au cerveau tellement il stressait. Melian, qui avait assisté à toute la scène, lui posa une main réconfortante sur l’épaule.

 

« Si seulement, j’avais passé la soirée avec eux, murmura t’il faiblement pour lui-même., … rien de tout cela ne serait jamais arrivé. Mais ils m’ont tellement saoulé pendant notre mois de garde que je les ai envoyé bouler… » Il sembla alors conscient de la présence de Melian. « Tu n’as rien vu, hier soir, quand tu es repartie de chez moi ?

-         Repartie de chez toi ?

-         Oui, quand tu as essayé de forcer ma porte. Au fait, désolée pour le piège à limaces, mais j’ai horreur que ces bestioles viennent bouffer mes laitues…

-         Je vois absolument pas de quoi tu veux parler, Haldir, j’ai passé la soirée –et une bonne partie de la nuit- à m’épiler la moustache… Galadriel te le dira, elle était là en train de se faire les cuticules…

-         Mais alors ? Qui a essayé d’entrer chez moi cette nuit ?? »

 

Les neurones des trois elfes (enfin, si on considère que Melian fait parti de la gent elfique bien entendu) se connectèrent et soudain Galadriel s’exclama :

« Alors c’est que, toi aussi, la créature a essayé de t’enlever, mais elle n’y est pas parvenue !! »

Melian et Haldir acquiescèrent, mais ça ne les avançait guère…

 

C’est alors que Celeborn se pointa dans la clairière. Il tenait à la main un rouleau : le rapport des éclaireurs du sud. Il le déroula et lut à voix haute « D’étranges cercles ont été vus dans les champs de blé entre la Lothlorien et la forêt de Fangorn –stop- envoyer chorizo en ravitaillement –stop- a plus dans le bus –terminé- »

Quelques secondes s’écoulèrent et Melian, les sourcils froncés par la concentration, finit par lâcher : « Je crois bien que nous avons à faire…

-         … à un SERIAL KILLER !

-         Qui a dit ça ??? »

 

 Les bosquets s’agitèrent et deux têtes touffues en jaillirent

 -Euh, bah c’est nous… On n’a pas pu s’empêcher de tout entendre et Pippin n’a pas résisté à l’envie de sortir une connerie, comme d’hab’… »

 

Merry et Pippin s’approchèrent secouant leurs capes pleines de bestioles. A tous les coups, ils s’étaient encore faufilés en Lothlorien pour chouraver des champignons hallucinogènes et échapper au discours d’intronisation de Sam Gamegie qui venait d’être élu maire de Hobbitebourg.

 

Haldir, peu intéressé par les frasques des hobbits et toujours aussi inquiet quant au sort de ses deux frères, relança la conversation : « Alors, on aurait à faire à … un … serial killer ? 

            - Naaan, répondit Melian, à la base je voulais dire que cette histoire ressemble à s’y méprendre à un enlèvement extraterrestre ! Et je sais exactement qui pourrait nous aider ! »

 

Melian se tourna vers Galadriel : « C’est un cas d’urgence, là ! » Alors cette dernière sortit un i-phone 4 3G+ de son soutien-gorge et le tendit à son amie qui pianota immédiatement sur les touches. Devant l’air perplexe d’Haldir, la souveraine de Lorien s’expliqua : « j’ai dû confisquer tous les gadgets de ce genre, téléphones mobiles, ordinateurs portables etc. : tout d’abord parce que, sinon, Melian passerait son temps à jouer à la ferme virtuelle, et en plus depuis que les paris en ligne sont autorisés, c’est même pas la peine pour Celeborn, la tentation serait trop grande ; j’ai pas envie qu’il mise mon anneau Nenya, une dague noldorin ou d’autres reliques elfiques ! Et enfin, j’ai de sérieux doutes quant à l’innocuité des ondes émises par ce genre d’engin : surtout pour nos jolies petites oreilles pointues ! »

 

Haldir n’écouta qu’à moitié, et se tourna immédiatement vers Melian quand elle déclara : « C’est bon, ils nous envoient une équipe ! » Galadriel et Melian se dirigèrent alors, suivit par tous les autres, vers un coin perdu de Caras Galadhorn.

Haldir n’en cru pas ses yeux quand il vit une porte des étoiles au beau milieu d’une clairière dans laquelle il ne se souvenait même pas avoir jamais mis les pieds !

 

« Vous avez transporté ici celle de Fontcombe ? , demanda Merry

- Non, on en a acheté d’autres sur e-bay, c’est vachement pratique pour se déplacer et surtout ça m’évite de communiquer avec Elrond par télépathie : ça me collait des migraines d’enfer ! », répondit Galadriel.

 

La porte se mit soudain en marche, le vortex se forma et 2 silhouettes se matérialisèrent. Melian fronça les sourcils : visiblement, ce n’était pas les personnes qu’elle attendait quand soudain : son regard se posa sur un grand barbare touffu qu’elle identifia immédiatement comme l’incarnation ultime de la... virilitude ! Elle poussa alors un hurlement strident : « Ah !!! Là !!!! Une araignée !!!!! » et sauta dans les bras ultra musclés de cet étalon ! Il sortit alors son énorme… flingue et le pointa vers le sol en répondant d’une voix plus grave que celle de Barry White : « Où ça que je l’éclate ?!! » et il ajouta « Je sais aussi parfaitement tondre les pelouses, ma belle ! » « Mon héros… », murmura Melian se pelotonnant contre les pectoraux surdimensionnés de son protecteur  !

 

Haldir tirait une tête de trois pieds de long. Certainement parce que tout ce cirque ne faisait en aucun cas accélérer la libération de ses deux frères.

Melian demanda alors aux nouveaux venus : « Mais au fait : où est SG1 ? Je pensais que c’est eux qu’on m’enverrait ! Vous êtes qui, vous ?

- Nous on est la moitié de SGA – la meilleure moitié, cela va sans dire- : je suis le Lieutenant John Sheppard… et si vous pouviez lâcher la jambe de Ronon maintenant, ça serait sympa, merci !

Bon alors, ils sont où vos extraterrestres ?? »

 

Après un moment de flottement, quelques explications et autres indications de chemin à prendre, une petite troupe -composée des 2 membres de SGA, plus Haldir, Melian, Merry et Pippin (bien que ces deux derniers n’aient aucune raison valable d’accompagner les autres… comme à chaque fois qu’ils participaient à une aventure en fait)- se mit en route pour la lisière sud des bois.

Haldir, qui connaissait les sentiers comme sa poche, les guidait, jetant de temps à autre un regard assassin vers Ronon et Melian qui fermaient la marche, bras dessus, bras dessous, l’air de trouver très agréable leur compagnie mutuelle.

Il fallait deux jours de marche pour atteindre les fameux cercles étranges dans les champs. Le soir venu, ils firent donc halte pour partager quelques saucisses et du bacon bien grillé.

 

Alors que la troupe se préparait à s’étendre sur des lits de fougères pour la nuit, Haldir, qui se soulageait contre un mallorne fut soudain rejoint par le dénommé Ronon, venu lui aussi vider sa vessie avant d’aller dormir. Ils se lancèrent un regard noir réciproque, mirent la puissance maximale dans leurs jets et Haldir rangea finalement sa stoukette dans son collant vert en grommelant à voix basse « Grublrmbl… troll poilu des cavernes ! »

« Il a un problème le blondinet ? », lança à son tour Ronon Dex

Mais Haldir n’eut pas le temps de répondre car il se prit les pieds dans une racine et se fracassa la tête dans un bosquet d’aubépine.

 

                                                                                                                      (à suivre…)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche