Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 19:38

Chapitre 5

 

Haldir, un instant stupéfait par cette révélation, se reprit vite et, sans libérer Loki, ordonna au asgard de les conduire jusqu’à ses frères, après être passés récupérer leurs armes.

Un dédale de couloirs et de grilles en ferraille plus tard – Haldir trouva le moyen de s’exploser le crâne dans une poutrelle-, le groupe pénétra dans une vaste salle où s’alignaient bancs et tables de camping. Rumil et Orophin étaient là, nonchalamment installés dans un coin, en train de grignoter des croustilles de Belin et des twinuts de Benenuts. Une douce odeur d’anis flottait dans l’air.

« Hey, Haldir !! » , s’exclamèrent ils joyeusement en voyant arriver la petite troupe… mais leur visage prit soudain un air catastrophé en découvrant Loki ligoté comme un gros saucisson Justin Bridou. « Nooon, libérez Loki !! C’est notre pote !! 

-         Votre pote ? Vous oubliez qu’il vous a enlevé !!

-         Mais c’était pour la bonne cause, il a besoin de nous pour sauver son peuple ! » Et les deux elfes se levèrent et s’approchèrent du petit groupe  entourant le asgard, l’air prêt à en découdre…

-         Oh non, gémit Melian, je crois qu’ils sont atteint du syndrome de Stockholm ! »

 

Rumil appuya sur un bouton et parla dans une sorte d’interphone : « A moi, les petiots, des méchants attaquent papa !! » et en un instant, la salle se remplit d’une vingtaine de petites créatures étranges aux yeux globuleux, au nez en forme de groin et aux grandes oreilles semblables à celles des chauves-souris… Ils piaillaient d’une voix aiguë et couraient dans tous les sens sur leurs jambes très courtes, vêtus seulement d’un torchon à carreaux de mémé en guise de pagne.

 

« Allons bon, qu’est ce que c’est que ça, encore ?, s’interrogea Sheppard en voyant les créatures les encercler.

-         Ça, c’est tout ce que j’ai réussi à faire en couplant l’ADN des asgard à celui des elfes, répondit Loki… Je les ai appelé des ‘elfes de maison’ : ils ont un don inné pour faire le café et repasser les chemises en soie… je suis sûr qu’ils ont aussi pleins d’autres pouvoirs… mais malheureusement ils ne sont pas la clef génétique que j’attendais…

-         Euh, dites leur de se calmer là… nous, tout ce qu’on veut c’est récupérer les blondinets et les ramener dans leur forêt…

-         Mais je ne demande que ça ! En trois jours, ils m’ont bouffé ma réserve annuelle de chorizo !!

-         Bon assez bavassé ! », s’impatienta Ronon, qui détestait parlementer pendant des plombes alors qu’une solution rapide et radicale existait.

 

Il sortit son pistolet à énergie et en balança deux coups en direction de Rumil et Orophin qui s’écroulèrent instantanément. Haldir poussa un cri suraigu  et se précipita vers ses frères.

 

« T’inquiète, j’avais réglé mon flingue sur décharge paralysante. »

 

Suite à cela, Loki, ayant demandé aux elfes de maisons d’aller préparer une choucroute en cuisine,  fut libéré et convia nos héros à un ‘dîné de la paix’ presque parfait, au cours duquel il promit qu’il ne viendrait plus faire d’expérience en Terre du Milieu.

En échange Sheppard accepta de ne pas le dénoncer au Haut Conseil Asgard.

Il fut également convenu qu’il dégagerait son engin spacial de là aussitôt que possible et qu’il ramènerait le Maréchal des Logis Chef Cruchot dans son monde d’origine.

Quand la conversation vint à tourner autour du sort des elfes de maison, Loki dut reconnaître qu’il ne pouvait pas les garder avec lui, mais il s’engagea à les déposer sur une planète de sa connaissance où ils trouveraient sûrement à se rendre utiles…

 

Après une bonne nuit de sommeil dans des caissons à oxygène, Ronon et, Melian (qui avaient partagé le même caisson), Sheppard, les hobbits et Haldir (ses frères étant toujours HS) dirent au revoir à Cruchot, non sans émotion, notamment pour Haldir qui avait fini, contre toute attente, par s’attacher à ce petit bonhomme teigneux.

Puis, le vaisseau de Loki s’éloigna en pétaradant et disparu rapidement par delà les nuages… pendant un instant, il sembla à Haldir entendre une voix dans les airs disant : « je suis ton pèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèère » mais il pensa avoir rêvé…

Enfin, une fenêtre d’hyper espace s’ouvrit et la navette disparut, comme si elle explosait en millions de particules se dispersant dans la stratosphère… 

 

« Bon, bah y a plus qu’à rentrer au bercail ! Allé en route ! , lança Sheppard en rajustant les lanières de son paquetage

-Pff, va falloir se taper deux jours de marche. Trois si ces feignasses d’elfes ne se réveillent pas…, maugréa Ronon

- La faute à qui ?, répondit Haldir furax. T’avais qu’à pas les paralyser avec ton machin !

- Et tu crois qu’ils nous auraient suivi de leur plein gré ? Ils n’avaient pas l’air d’avoir envie de t’obéir, le décoloré !

- On se calme !, les conjura Melian, qui sentait que la situation pouvait dégénérer à tout instant. Elle distribua alors des MnM’s pour calmer les esprits belliqueux.

 

- Et qui nous dit qu’ils auront retrouvé leurs esprits quand ils se réveilleront ?, demanda Merry dans un éclair de lucidité

- Bah ! Qui vivra verra ! », conclut Pippin

 

* * *

 

Une semaine plus tard, ils arrivèrent en vue de Caras Galadhorn.

Rumil et Orophin avaient repris connaissance après une demie journée de marche, mais comme le craignaient certains, ils étaient toujours sous l’emprise du syndrome de Stockholm. Ils refusèrent catégoriquement de coopérer, ne parlant que de retourner auprès de Loki et de le laisser leur refaire des expériences… qu’ils avaient trouvées somme toute bien agréables…

Il avait fallut les bâillonner car ils saoulaient tout le monde.

Et puis, le quatrième soir alors qu’ils allaient retrouver les arbres de la Lorien, les deux guignols s’étaient enfuis (c’est les hobbits qui montaient la garde). Il avait fallu  deux jours pour les retrouver, coincés en haut d’un arbre avec des raptors prêts à les béqueter en bas. Ronon et son gros flingue n’avaient fait qu’une bouchée des bestioles, et on avait ligoté les deux elfes récalcitrants…

Dernière péripétie : Haldir s’était paumé et ils avaient tourné en rond sur les sentiers broussailleux pendant une bonne journée avant de retrouver la route initiale.

 

* * *

 

Galadriel et Celeborn les attendaient. Ils furent très surpris quand Haldir leur raconta le fin mot de l’histoire.

Cependant, Rumil et Orophin n’avaient toujours pas retrouvé leur état normal et cela inquiétait vivement leur grand frère.

Ils furent ligotés à un arbre car ils se débattaient trop et Galadriel utilisa tous ses pouvoirs pour les aider à reprendre leurs esprits : en vain.

Sheppard tenta quelques méthodes de déconditionnement qu’il avait apprises sur terre, sans plus de succès.

Ronon leur donna quelques baffes prétextant que ça pourrait peut être les aider à remettre leurs idées en place… ne récoltant aucun résultat probant si ce n’est un grand sentiment de satisfaction personnelle…

 

« Attendez, moi, je sais comment faire !!! », s’exclama soudain Merry.

Pippin le regarda stupéfait entre deux bouchées de lasagnes.

Merry crut bon d’expliquer à son compère : « Souviens toi, le mois dernier, Pippin, quand  j’ai mangé des concombres et des graines germées du quartier sud et que j’ai chopé la turista… J’avais dépouillé tous les lauriers de leurs feuilles et j’allais me résoudre à utiliser celles des tournesols du père Magotte quand Frodon a eu pitié de moi et m’a donné tout un sac de vieilles paperasses trouvées on ne sait où par Bilbon… Eh bien, je suis resté tellement longtemps accroupi que j’ai eu le temps de lire certains de ces trucs dont un appelé « Psychologie Magasine » dans lequel ils parlaient de cette maladie dont souffrent Rumil et Orophin : le syndrome de Stockholm…

Puis s’adressant aux autres : « Détachez-les et laissez-moi une demie heure avec eux. Je suis sûr de les ramener à la raison… Ce magasine est infaillible, il paraît que tout ce qu’on y lit est parole d’évangile…

-         C’est qui Eve Angil ? », demanda alors Pippin qui n’avait rien capté au discours de son pote.

Mais personne ne prit la peine de lui répondre.

 

 

Une demie heure plus tard, Merry sortait de la clairière où  on l’avait laissé seul avec Rumil et Orophin. Une grosse bosse s’épanouissait sur son crâne,  une flèche était plantée dans sa fesse gauche et il avait deux dents en moins… « Ah bah non, c’est pas efficace comme méthode… » lâcha t’il aux autres avant d’aller se faire admettre pour une quinzaine à l’infirmerie.

 

Haldir, excédé et inquiet, décida de prendre les choses en main : « Bon, ils ne veulent plus rester avec les elfes : il faut trouver un truc qu’ils aiment ici, quelque chose qui leur rappelle à quel point il fait bon vivre parmi les leurs… comme une sorte de lembas de Proust quoi…  (Proust étant un grand poète elfique du premier âge)

 

-         BON SANG, MAIS C’EST BIEN SÛR!!! », s’exclama Melian et elle parti à fond de train vers les talans des deux frères.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Evy 12/11/2011 22:08



C'est par un copiè colé que je te souhaite une bonne soirée je seais présente dimanche soir car j'ais la familles a la maison bonne nuit et bon weekend a dimanche soir bisous evy



Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche