Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 19:42

Chapitre 6

 

 

Elle revint vite tenant à la main une barbie chevelure magique présentant un petit air de ressemblance avec Galadriel et une peluche pokemon à l’effigie de Metapod…

 

« Ooooh, NOS DOUDOUS !!!, s’exclamèrent à l’unisson les deux elfes malades.

-         Si vous voulez récupérer vos doudous en bon état, les gars, il va falloir m’obéir : fini ces histoires de partir retrouver Loki : il vous a enlevé : c’est un vilain extraterrestre, pas beau, méchant! Répétez après moi : Lorien = bien, Loki = pas bien ! ! »

 

* * *

 

Quelques heures plus tard, après quelques menaces de couper les cheveux de la barbie et de passer le Metapod à l’amidon pour qu’il devienne tout dur, les barrières psychologiques des deux elfes cédèrent enfin et ils s’effondrèrent en larme sur l’épaule réconfortante d’Haldir, lui racontant par bribes le calvaire qu’ils avaient subi.

Quand ils furent enfin un peu apaisés, ils s’endormirent profondément, serrant fort contre eux leurs doudous chéris.

 

Haldir sortit épuisé de son talan où il les avait installés le temps qu’ils se remettent.

Il s’approcha de Melian qui se tenait là, attendant des nouvelles, prit la main de la jeune femme dans la sienne et la regarda droit dans les yeux sans la moindre trace d’animosité pour la première fois ; alors, il lui murmura : « Merci ! »

 

* * *

 

Leur mission accomplie, Sheppard et Ronon s’apprêtaient à rentrer chez eux avec les honneurs et se dirigeaient, escortés par Galadriel, Celeborn, Merry et Pippin vers la porte des Etoiles.

 

Haldir semblait tout jouasse à l’idée de se débarrasser enfin des deux intrus.

Au contraire, Melian, l’air sombre, était accrochée au bras de Ronon comme une moule à son rocher.  « Et si tu restais ici ?!, s’exclama t’elle soudain. On te trouverait sûrement un job très facilement. Tu pourrais….  euh, j’sais pas, devenir chef des gardes-frontière de Lorien ! On a besoin de quelqu’un de baraque à ce poste ! »

Haldir, juste derrière, ouvrit de grands yeux de merlan frit tellement il n’en croyait pas ses oreilles pointues !

« Non, je ne peux pas, ma belle, répondit Ronon, j’ai signé un contrat avec la MGM…

Mais toi, tu pourrais venir sur terre avec moi. Je te laisserai jouer avec mon gros… flingue si tu veux. Tu sais ça fait bien longtemps que personne d’autre que moi n’y a touché… »

Melian sembla considérer un instant la proposition puis couru à toute vitesse hors de la clairière : « Attends, j’vais chercher ma valise en cartooooooooooooon»

 

Haldir, frappé de stupeur par la tournure que prenaient les évènements, se secoua soudain et empoigna Ronon,  l’attirant à part, tandis que Sheppard donnait son adresse mail à Galadriel.

 

Le capitaine des gardes de Lorien n’en revenait pas lui-même mais il s’entendit alors apostropher ainsi le satédien :

 

« Non, mais qu’est ce que c’est que cette histoire, Melian n’ira nulle part avec toi !! Elle n’a rien à faire dans ton monde, c’est une elfe !

-         Elle est un peu poilue pour une elfe… répondit  Ronon en rigolant

-         Là n’est pas la question ! Elle reste ici ! Tu vois cette bague là (il lui colla son annulaire sous le nez) : ça veut dire qu’on est comme mari et femme ! C’est MA femme !

-         Ta femme ? C’est drôle, elle m’a dit que votre union était bidon puisque pas consommée… Aurais tu quelques problèmes d’érection, par hasard, blondinet ? Tu sais, à notre époque ça se soigne très bien… »

 

Haldir ouvrit la bouche pour balancer une réplique cinglante… mais les mots ne voulurent pas sortir. Un instant, il considéra la possibilité de... ou plutôt il réussit soudain à concevoir que… éventuellement…

Ronon le regarda droit dans les yeux quelques secondes et lui envoya une grande claque dans le dos en éclatant de rire. L’elfe fut bien entendu propulsé à terre mais eut le temps d’entendre son rival murmurer : « Prends ta décision –quelle qu’elle soit- et ne la fais plus mariner, sinon je reviendrais te friser la perruque et crois moi, t’aimeras pas le résultat, blondinet ! »

Puis il rejoignit Sheppard  devant la porte des étoiles.

 

Melian apparut alors toute essoufflée. « Désolée, Ronon,  je ne vais pas pouvoir venir : j’ai mon cours de yoga avec Gandalf demain et après j’ai promis à Gimli de l’aider à s’épouiller la barbe…

-         Dommage, ma belle. Je te laisse entre les mains manucurées du blondinet alors… Mais s’il te gave, n’hésite pas à m’appeler, je me ferais une joie de lui coller un coup de boule dans les gencives.

-         Merci, Ronon, répondit Melian en le serrant fort dans ses bras, tu es un vrai gentleman, toi… pas comme certains ! (ces derniers mots furent dits d’un ton sardonique, accompagné d’un regard en coin vers l’endroit où Haldir, qui avait finit par se relever, secouait ses cheveux pleins de feuilles mortes et de cloportes en tout genre)

 

Ils se firent la bise (là d’où venait Ronon, on en faisait 75 et cette coutume plaisait énormément à Melian) et,  après un dernier au revoir de la main, les deux membres de SGA  traversèrent la porte des étoiles vers de nouvelles aventures.

 

Enfin, le vortex disparut, plongeant la clairière dans la pénombre.

 

Haldir et Melian se dévisagèrent alors sans rien dire pendant quelques instants puis partirent chacun de leur coté, l’air un peu décontenancés.

Ils eurent tout de même le temps d’entendre Galadriel affirmer « Tout vient à point à qui sait attendre », Celeborn dire « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage », Merry ajouter « tant va la pinte à l’eau qu’à la fin elle se casse » et Pippin de conclure : « Quand est ce qu’on mange ? »

 

* * *

 

Les jours qui suivirent, Haldir surprit son monde par sa bonne humeur et son petit air guilleret. Certains mirent ça sur le compte de ses retrouvailles avec ses frères, d’autres pensèrent qu’il avait enfin trouvé un remède à ses problèmes d’hémorroïdes… Lui-même, n’aurait su dire ce qui le rendait si joyeux, mais les plus clairvoyants subodoraient qu’il y avait un rapport avec Melian et le fait qu’elle ne soit pas partie sur Terre avec Ronon…

Oh, ne nous y trompons pas ! Il affirmait toujours à la ronde que sa seule présence l’insupportait et qu’il n’existait rien de plus exaspérant que les tendances nymphomanes de cette frappadingue… Mais alors qu’il la regardait sortir d’une quincaillerie avec un stock de cordes sous le bras, dans le but immanquable de s’en servir pour l’attacher d’une manière ou d’une autre très prochainement (elle avait aussi dans son sac un slip en fer, des lunettes de plongée et une boite de sardines à l’huile périmées depuis 1953 et là il ne voyait pas à quoi ça pourrait bien lui servir…), il sentit naître un petit sourire sur ses lèvres.

 

Sans trop savoir pourquoi, il était satisfait. 

 

Les choses étaient rentrées dans l’ordre.

 

 

FIN

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche