Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 07:57

Chapitre un

 

La nuit était douce et les étoiles brillaient.

Haldir était rentré le soir même des frontières de la Lorien où il était resté stationné un mois avec ses troupes. Quelques escarmouches avec les gobelins comme toujours, mais à part ça, pas grand-chose à signaler. Bon, ok, il s’était fracassé  au moins cinq fois la tête en tombant des arbres sur lesquels il montait la garde et il avait chopé la gale en faisant la bise à un troll suite à un pari perdu avec son premier lieutenant… mais il allait éviter de mettre ça dans son rapport.

 

Il avait apprécié retrouver le confort de son talan… sauf au moment où il avait découvert avec stupeur que ses toilettes sèches débordaient alors qu’il était sûr de les avoir vidées avant de partir : quelqu’un de mal intentionné serait il venu chier chez lui pendant son absence ? Il faudrait qu’il tire ça au clair dès le lendemain !

 

Mais pour l’instant, il se reposait bien tranquillement et imperturbablement, laissant son esprit vagabonder.

Ses pensées l’amenèrent tout droit au « Lothlorien Inn » : c’était ainsi que, dans ses rêveries, il nommait le bar de nuit qu’il fonderait,  le jour où il se déciderait enfin à quitter l’armée. Un bel endroit, bien décoré avec des banderoles arc-en-ciel, où on ne boirait que des pintes même s’il nous en reste une à moitié pleine. Et à toute heure, on y servirait des patates bouillies…

Il verserait la bibine personnellement dans les chopines des habitués et porterait un joli petit tablier blanc en dentelle…

 

« Oh et puis, pourquoi se contenter de si peu ?, se dit il soudain.  Il faut avoir de l’ambition dans la vie ! Et si je défrichais un petit coin sombre et dangereux de la Forêt Noire pour créer une superbe foire, avec pleins d’attractions amusantes ? J’appellerait ça « Mirkwood Fair »… ou alors « La Foire à Neuneu », j’hésite encore…Ah ouais, merde, impossible puisqu’on va se casser à Valinor sous peu… hey, mais y a sûrement de nombreux endroits à fort potentiel là bas… ! »

 

Il devait être 4 heures du matin quand quelque chose détourna son attention de ses projets grandioses de débroussaillage. La nuit était particulièrement sombre, malgré la mauvaise habitude qu’avait pris Galadriel de laisser toutes les loupiottes allumées.

Il entendit  soudain un craquement tout proche, comme si quelqu’un marchait sur la terrasse.

Il leva les yeux au ciel excédé : « P***, à tous les coups c’est encore cette malade de Melian qui veut consommer sa nuit de noce !!  Cette fois ci, elle va vraiment le regretter ! »

Il se planqua en embuscade derrière la  porte. Les grattements se rapprochèrent. Sans bruit, il attrapa un balai de paille. La porte grinça et s’entrouvrit…

 

Et sans attendre d’en savoir plus, Haldir colla une volée de coups de balai à l’intrus qui battit bien vite en retraite, se prit les pieds dans l’échelle de corde et s’écrasa finalement en bas de l’arbre en faisant « splouitch ».

Perplexe, Haldir haussa le sourcil gauche, se demandant d’où pouvait bien provenir un tel son étrange… et il en conclu que son agresseuse présumée avait du atterrir sur l’énorme piège à limace qu’il avait posé quelques heures plus tôt en bas de chez lui.

Il jeta un coup d’œil par-dessus la rambarde, mais il faisait trop sombre pour y voir quoi que ce soit.

Puis il chassa toute trace de l’incident de son esprit –tellement il avait l’habitude de ce genre d’incursions- et retourna se coucher.

 

 

                                                                                      * * *

 

Le lendemain, Haldir tapait du pied avec impatience.

Debout sur le champ de tir, il attendait ses deux frères, en retard pour les exercices du matin.

L’arc est une discipline demandant beaucoup d’entraînement si l’on veut rester au top et surtout : meilleur que ces nazebroques d’elfes sylvains ! Il en mangerait son carquois si un jour ce guignol de Legolas le  surpassait au tir à l’arc !!

Quand plus d’une heure se fut écoulée et qu’il eut surpris plusieurs de ses hommes en train de se faire une belotte, il se décida à aller chercher ses frangins lui-même et à les ramener par la peau du cul si nécessaire ! Tels qu’il les connaissait, ils devaient avoir fait la bringue la veille au soir et pionçaient dans leur vomi…  Y avait pas moyen, hein, fallait toujours que l’un ou l’autre lui pète les glaouis ! Un coup c’était Rumil qui le saoulait avec ses histoires de coeurs –la plupart imaginaires d’ailleurs- totalement gonflantes ; la fois d’après c’était Orophin qui lui tenait la jambe pendant des plombes en lui parlant de sa passion pour les coléoptères… Et dire qu’il les supportait depuis 4500 ans !

 

Maugréant tout le long du chemin sur les désavantages d’être l’aîné, il finit par arriver devant la porte du talan de Rumil : elle était à moitié arrachée de ses gonds. Mais dans quel état était il rentré chez lui pour avoir ainsi déglingué sa porte ?!!, Haldir soupira de découragement en frappant au carreau, histoire de… Pas de réponse bien entendu.

Une fois à l’intérieur : nulle trace de Rumil parmi les brouillons de poèmes cucul-la-praline et autres lettres d’amour jamais envoyées. Haldir fit rapidement le tour de la demeure de son frère : beaucoup de bordel, des restes de lembas à moitié mangés, une impressionnante collection de parchemins porno imprimés à Mirkwood par les elfes sylvains… mais point de Rumil à l’horizon.

 

« Il a du aller squatter chez Orophin », fut l’explication la plus logique que trouva Haldir, qui se dirigea vers le talan tout proche de son autre frère. Mais là non plus, personne. Un peu moins de bazar, des gravures de coléoptères clouées au mur, un tas de sous vêtements sales dans un coin, mais aucune trace de quelque elfe que ce soit. Non, rien. Que dalle.

 

Dubitatif, le capitaine des gardes de Lorien commença à se poser sérieusement des questions sur l’endroit où ses frères avaient passé la nuit. Il retourna sur le champ de tir interroger les camarades de Rumil et Orophin : personne ne les avaient vu depuis la veille, apparemment, fait exceptionnel : il n’y avait pas eu de beuverie pour fêter le retour de la garde.

Renvoyant ses hommes pour la matinée, Haldir entreprit alors de se rendre dans tous les endroits de la cité où ses deux nigauds de frangins étaient susceptibles de se planquer : il écuma les bistrots, les écoles de danse et les boucheries charcuteries sans trouver le moindre indice…

L’inquiétude commençait à le gagner et il passa l’après midi à fouiller les fossés, les bottes de foin, les tas de compost et les buissons d’ortie… bref, tous les endroits où on pouvait rouler ivre mort en attendant  des jours meilleurs : sans plus de résultat.

 

A la nuit tombante, il demanda audience à Galadriel.

Son anxiété était telle qu’il manqua la dernière marche et dégringola l’escalier principal de Caras Galadhorn jusqu’en bas !  Deux heures plus tard –le temps de remonter- il se présenta devant sa souveraine qui était en train de dessiner des chibi bonshommes avec Melian, tandis que Celeborn, semblant s’ennuyer mortellement, assis dans son coin,  était en train de se curer le nez.

 

Haldir les mit au courant de la disparition de ses deux frères. Eux non plus ne les avaient pas vu de la journée : en même temps, normal puisqu’ils n’avaient pas bougé leurs culs de leur perchoir depuis plusieurs jours. Galadriel se dévoua pour aller jeter un coup d’œil dans le miroir afin de rassurer son capitaine, bien qu’à ce moment là, elle était persuadée que Rumil et Orophin devaient être partis en douce à la pêche aux têtards pour décompresser.

 

Mais quand elle se pencha au dessus du bassin, elle faillit s’étrangler :

 

« Par tous les Valars ! !!

-         Qu’y a-t-il ? Où sont ils, s’écria Haldir alarmé

-         Où ils sont, j’en ai aucune idée, mais ce qui est sûr : c’est qu’ils y sont à poil !

 

                                                                                           (à suivre…)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Evy 12/10/2011 23:26



J'aimerai rencontré un elfe je vais demandé aux frères quelle chance il c'est pas tué a raté la dernière marche merci pour ce partage passe une bonne nuit bisous evy



Momoa 13/10/2011 09:40



Moi aussi j'aimerai bien rencontrer un elfe... dans le genre d'Haldir comme tout le monde l'aura compris ... Merci pour
tes reviews, Evy!



Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche