Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 18:12

La question de la carte étant désormais réglée –pas forcément comme il l’avait imaginé, mais bon, c’est le résultat qui comptait- Elrond déclara solennellement que les elfes allaient  se casser d’ici six mois grand maximum.

« J’ai discuté avec Cirdan il y a quelques jours et il m’a dit qu’il en avait raz la calebasse de fabriquer des bateaux –en même temps faut le comprendre, ça fait 10 000 ans qu’il dirige le chantier naval- ça pourrait donc être la dernière chance pour les elfes de naviguer vers Valinor. Faites votre choix, et que ceux qui veulent venir commencent à faire leurs bagages… »

 

« Ah oui, tiens, à propos de bagages…, commença Melian s’adressant à Haldir, il faut qu’on choisisse où on va passer notre lune de miel, chéri : tu préfères plutôt les mines de la Moria ou la Montagne du Destin ? »

 

Haldir, interloqué, se tourna vers les autres dans l’espoir de comprendre à quoi elle faisait référence, mais il ne trouva aucun soutient : tout le monde semblait plutôt… mort de rire.

 

Elle reprit alors : « Quoi ? Tu n’as pas oublié que nous sommes mariés, j’espère : pour le meilleur et pour le pire ! » Et elle exhiba sous le nez de l’elfe médusé une bague en plastique qu’elle portait à la main gauche.

 

« Mais ça va pas, jamais je n’aurais pu dire oui !!! », se récria Haldir, cherchant à retrouver la mémoire sur ce qu’il avait fait après le dîné au Planet Hollywood. Et là il vit à son propre annulaire gauche une réplique bon marché de l’anneau unique. Il essaya de l’enlever, tira de toutes ces forces, mais n’y parvint pas

« Laisse tomber, je l’ai collé à la super glue 3 !  Ça aurait été trop bête que tu perde un anneau aussi… précieux !»

 

« MAIS C’EST IMPOSSIBLE, JE N’AI JAMAIS PU CONSENTIR À ÉPOUSER MELIAN ?!!! 

-         Mais bien sûr que si, répondit Gimli avec un sourire sadique : on est TOUS témoins !

-         Et puis d’ailleurs tu as signé ! » Et Legolas lui tendit un contrat de mariage en bonne et due forme qui stipulait que le marié laissait toutes ses possessions à son épouse en cas de départ pour quelque paradis elfique que ce soit.

 

Haldir lui arracha le papier des mains : tout en bas, on distinguait sa signature -toute tremblante-, mais sa signature quand même !

 

«  Je conteste la légalité de ce document ! », s’exclama t’il en désespoir de cause.

 

Galadriel prit alors la parole : « Je suis désolée, Haldir, mais  les archives du Gondor sont très claires (elle chaussa ses lorgnons et sortit une pochette de documents poussiéreux dont la plupart tombaient en lambeaux) : tout contrat de mariage signé où que ce soit est considéré comme valide sur les Terres du Milieu ! »

 

Il était coincé. Marié avec Melian ! Et cette sentence était… irrévocable ! On ne contestait pas le verdict de Galadriel.

Il sortit la mort dans l’âme, en proie à une intense migraine.

 

Un gros doute paranoïaque le saisit soudain : et si toute cette histoire n’avait été qu’un coup monté pour qu’il épouse cette tarée de Melian ?? Naaaan… personne ne pourrait avoir l’esprit aussi machiavélique !

 

                                                                                       * * *

 

Au bord de l’épuisement, il se dirigea mécaniquement vers le talan qu’on lui avait assigné le temps de sa visite à Fondcombe, dans l’espoir d’y dormir au moins une semaine pour se remettre de ses émotions !

Mais alors qu’il débouclait sa ceinture et posait son arc dans un coin, un spectacle effrayant le fit bondir en arrière d’au moins 3 mètres : ABOMINATION ! Melian était là, sur son lit, entièrement nue et dans une position lascive. Elle lui lança un grand sourire et lui susurra d’une voix suave : «  Mon petit Haldichounet, vient vite me rejoindre, j’ai réquisitionné quelques accessoires sur la liste de Gandalf dont nous pourrions nous servir de façon bien agréable pendant notre lune de miel…. »

 

Poussant un hurlement sinistre, Haldir recula tant qu’il put pour échapper à cette nuit de noce funeste. Mais arrivé au bord de son talan, il perdit l’équilibre, bascula par-dessus le garde corps et s’écrasa en bas de son arbre.

 

« Arg, Je suis maudit ! » eut il le temps de murmurer avant de perdre connaissance.

 

                                                                                    * * *

 

(A noter que, quelques années plus tard, le  Patrick Bruel, ruiné et poursuivit par de trop nombreux créanciers, tenta de rejoindre Valinor pour échapper à la justice en suivant les indications de la carte qu’il avait toujours en sa possession. Mais ne sachant pas déchiffrer le quenya, il se trompa de cap et son bateau finit sa course dans la rade de Fukushima…)

 

FIN

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Evy 16/08/2011 21:42



Merci pour ce partage 



Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche