Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 10:22

Les pupilles dilatées au maximum par le désir et les cachetons d’ecstasy qu’elle s’était enfilée, Melian lui répondit : « Nan, pas les fourrés, pas pour notre première fois. Viens me rejoindre dans un quart d’heure dans la suite présidentielle numéro 22 »

 

Et Melian s’enfuit en courant, légère et courte vêtue vers la chambre qu’elle avait réservée dans l’espoir que ce moment tant attendu arrive enfin. Elle voulait que ce soit parfait. Elle alluma des centaines de bougies, mis des pétales de roses sur le lit aux draps blancs immaculés, fit bouillonner le jacuzzi et fignola toute une mise en scène pseudo romantique qui lui aurait valu la note déco maximum à « un rencart presque parfait »

 

Puis elle prit une douche rapide, s’aspergea de Channel n°5 et attendit, nue et tremblante de désir que son Haldir, l’elfe de ses rêves, son dulciné viril et appétissant vienne la rejoindre…

 

* * *

 

Haldir ne tenait plus, il fallait qu’il retrouve sa bien aimée. Comment avait-il pu passer autant de temps près d’elle sans se rendre compte qu’elle était la femme de sa vie ?

 

Il courut vers l’immense motel préfabriqué que Gloïn avait fait installer au pied de la Montagne Solitaire. La tête lui tournait, mais une ardeur fiévreuse s’était emparée de lui et il irait jusqu’au bout cette fois-ci !

 

Le couloir semblait tanguer et il dut se cramponner aux murs pour retrouver son équilibre. Il regardait les chiffres des portes défiler devant ses yeux quand enfin il la trouva : la porte 22. Il passa sa main sur son visage pour essayer de retrouver ses esprits afin de profiter pleinement de ce premier moment d’intimité avec Melian et l’espace d’un instant il n’y eut plus qu’un seul chiffre sur la porte mais l’elfe n’y prêta pas attention et quand le 2 se dédoubla de nouveau, Haldir entra, prêt à conquérir le monde.

 

Il faisait très sombre et la forme étendue sur le lit se redressa soudain en poussant un « gné ? ». Mais Haldir ne lui laissa pas le temps de parler. Il attendait depuis trop longtemps. Il la fit taire d’un baiser, laissant ses mains courir sur la peau de sa compagne.

 

« Tiens, tu es plus poilue que j’imaginais… mais peu importe, je t’aime comme tu es ! » et la porte se referma sur les deux amants enlacés.

 

* * *

 

Pendant ce temps, Melian s’impatientait.

Haldir ne pouvait pas avoir changé d’avis. Elle l’avait sincèrement senti prêt cette fois-ci.

 

Au bout d’une heure elle enfila une nuisette et sortit le chercher, inquiète.

 

Elle croisa Ronon portant Elohwyn dans ses bras. Ils s’embrassaient passionnément, s’apprêtant à pénétrer dans leur chambre.

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle croisa Sheppard et Arwen se tenant par la main :

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle croisa Ragnagna et Sélin, l’air de flotter sur un petit nuage rose qui sentait la cannelle :

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle croisa un nain nommé Verny et une elfe nommée Brindille en train de se rouler des pelles :

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle croisa Gloïn et Pûdûk qui semblaient avoir enfin trouvé un moyen de régler leurs problèmes fonciers grâce au PACS :

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle croisa Gimli, Legolas et Aragorn qui se dirigeaient tous les trois ensemble vers une seule chambre, chacun un petit sourire coquin sur le visage :

« Vous n’auriez pas vu Haldir ??

- Euh, nan »

 

Elle fouilla les buissons, le chercha à la buvette, sur la piste de danse, aux latrines… sans succès. Alors elle se laissa tomber à genou au pied de la Montagne Solitaire et pleura.

 

* * *

 

Melian pleurait encore quand l’aube parut enfin. Le monde n’était plus qu’une gueule de bois géante. Une dernière larme roula sur sa joue et sa peine immense se transforma soudain en rage de sang : quelqu’un allait devoir payer !

 

* * *

 

Haldir poussa un petit soupir de contentement ; il faisait un rêve merveilleux. Il changea de position, s’étira, et sa main rencontra quelque chose de velu… une sorte de barbe… puis il se souvint d’un seul coup qu’il avait enfin consommé sa nuit de noce avec Melian…

Le corps à ses cotés bougea dans un froufrou de draps en soie et il murmura : « Alors, heureuse ? ».

Puis il ouvrit les yeux.

 

« WAAAAAAAAAAAARGH !!, hurla-t’il, faisant un bond de deux mètres en arrière, se fracassant l’épaule dans la table de chevet au passage. Mais où est Melian ??

- Quoi Melian?, répondit Gandalf d’une bouche pâteuse exhalant des relents d’herbe à pipe frelatée.

- Par tous les Valars !!!!!!! », s’exclama Haldir comprenant avec horreur qu’il avait passé la nuit non pas avec Melian mais avec le vieux magicien sénile.

 

Luttant contre une envie de régurgiter le repas de mariage et d’aller directement en finir avec la vie en sautant du pont de Brandevin, il attrapa ses fringues et déguerpit de là aussi vite que possible.

 

Le pire dans tout ça c’est qu’il n’avait même pas trouvé ça désagréable… enfin si tant est que les vagues images qu’il avait en mémoire soient effectivement des souvenirs de la nuit qu’il avait passée avec Gandalf sous l’emprise de la potion de Galadriel…

 

Il courut hors du motel, slalomant entre les tonneaux de bière renversés et les couples à demi nus étendus sur l’herbe de la plaine.

 

Et soudain il s’arrêta net : Melian se tenait devant lui, le regard fixe scrutant le vide, enveloppée d’une sorte de halo de flammes. Il sentait la colère sourdre de tous les pores de sa peau…

 

« Attend, Melian, je peux t’expliq… »

Mais il ne put jamais finir sa phrase car un coup de massue géante dans la tronche l’avait envoyé valdinguer par delà la rivière.

 

* * *

 

Vers midi, se réveillant au milieu d’innombrables cadavres de chopines, la tête dans le cul, le cul dans le brouillard, Pippin entendit une sorte de déflagration assourdie et demanda à Merry :

 

« Tiens, y avait même un feu d’artifice de prévu ?

- Euh, bah non

- Mais alors c’est quoi ce bruit d’explosion ?? »

 

Ils ne le sauraient que plus tard, mais à des centaines de miles de là, en Lothlorien, le bouton de fièvre de Celeborn venait d’éclater.

 

* * *

 

« Les elfes ! Les elfes sont des connards ! Plus pourri qu’un elfe y a pas ! On pourrait croire que puisqu’ils sont les créatures douées de la plus longue vie, ils ont suffisamment d’expérience pour se comporter élégamment vis-à-vis des dames. Mais non ! C’est trop leur demander à ces p** d’e *** d’elfes ! Je n’aurais qu’un conseil à te donner, ami lecteur : si tu fantasmes sur un elfe : barre toi avant qu’il ne te brise le cœur, regarde par-dessus la rivière et va faire un tour sur la colline voir si tu y es ! »

 

Melian reposa sa plume de faisan, pas plus satisfaite que lorsqu’elle avait écrit la première mouture de son article, mais soulagée d’avoir pu se défouler et exprimer ainsi sa frustration.

 

Ça faisait trois jours qu’ils étaient rentrés en Lothlorien.

Toujours aussi furax, elle avait tout fait pour éviter de croiser Haldir car des envies de lance-flamme l’assaillaient dès qu’elle voyait la moindre mèche argentée.

 

Galadriel avait bien essayé de la réconforter mais sa rancœur était trop tenace. Ce coup-ci, elle avait vraiment cru que… et il s’était fichu d’elle ! En plus, le coup de massue l’avait rendu amnésique et il ne se souvenait absolument pas qu’il avait été à deux doigts de consommer sa nuit de noce. Pour Melian : tout était à refaire et pour le moment, elle était trop en rogne.

 

Maudissant tous les hommes, elle alla se mettre au lit avec un pot de glace Hagen Däas, du Nutella, un maxi paquet de MnM’s et un autre de Kinder chocobons à portée de main.

 

Puis, elle appuya sur la télécommande du magnéto pour lancer Sissi Impératrice et décida d’attendre que les poils de ses pieds soient suffisamment longs pour s’intégrer définitivement chez un peuple plus cool que celui de ces *** d’elfes : les hobbits !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de momoa.over-blog.com
  • Le blog de momoa.over-blog.com
  • : Petits écrits passe-temps qui devaient rester confidentiels, planqués sur ma page Facebook, jusqu'à ce que Y. s'en empare pour les publier dans ce blog et Dieu sait où encore!
  • Contact

Recherche